Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Déborah fait son défilé

Article 5 : Demande Ă  mon T-shirt ! đź‘‘

Article 5 : Demande à mon T-shirt ! �

Nous y sommes! L'année 2016! A l'heure où l'on se promène dans les rues, le jour se lève tardivement, et se couche en vitesse, de notre bouche sort un léger nuage de fraîcheur, et devant nous arrivent des passants pressés par le temps, ou par la vie. Les femmes font des bonds en guise de pas, et froncent les sourcils en regardant leur montre. Sur le T-shirt de l'une d'entre elles est inscrit « Madame chiante », sur celui de la femme croisée dans l'ascenseur, nous lisons « Au régime dès lundi », et sur le sweat de la voisine du pallier est écrit « Super maman ». Nous y sommes donc en plein ! Dans cette tendance du T-shirt qui informe, qui parle à notre place, qui prend les devants.

C'est donc pour ça que je me suis sentie inspirée pour ce cinquième article. Je vous en dit plus!

Cette nouvelle année semble démarrer pour tout le monde sur les chapeaux de roues! Ne me demandez pas pourquoi?, simple constatation. Alors que la liberté d'expression a été condamnée en janvier 2015, elle semble renaître de plus belle depuis, et pas que sur les feuilles blanches ou à la télé. Depuis toujours la mode est considérée comme une façon de s'exprimer, comme si la femme qui portait des vêtements qu'elle a choisi, qu'elle pense conçus pour elle, était libérée. Et aujourd'hui son moyen d'expression n'est pas seulement la mode; mais plutôt les mots qui s'unissent à la mode. En enfilant ces T-shirts, la femme s'étiquette, mais elle aime ça. Il ne s'agit plus de ces ignobles clichés, des personnes qui se jugent entre elles, qui posent des mots grotesques sur la personnalité de chacun. Il s'agit de rire de ses défauts, de soi, et se sentir libre, par le biais de messages mignons et marrants, très second degré, de crier ce que l'on pense. Que ça plaise ou non. Des jeux de mots cools et auto-dérisoires (celibattante), aux termes mimis que les autres nous accordent, et qu'on ose porter, sans se juger prétentieuse, ce qui serait ridicule (supernana) etc. On lit de tout. Et on rit de tout. De nous, des autres (par empathie ou en se reconnaissant dans leurs textes), et du sérieux.

Les mots nous collent à la peau, et redonnent le sourire, qui lui aussi, est bien trop souvent laissé à l'abandon. J'ai donc décidé de finir sur une bonne note, qui exprime ma mood du moment: Pour vivre heureux, vivons.

(signé Madamoiselle Catastrophe).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article