Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Déborah fait son défilé

Article 2: Moins de Tinder pour plus d'authencité: on adore!

Article 2: Moins de Tinder pour plus d'authencité: on adore!

Bonjour à toutes, dans ce deuxième article de la toute nouvelle rubrique "mode et société", malheureusement pas de mode, seulement une analyse et un avis précis sur un phénomène de société spécifique: ce phénomène dit "tinderisation", soit la rencontre "réelle" de l'amour de notre vie (j'emploie les grands mots), délaissée par l'amour en ligne, sur Tinder (un modèle parmi tant d'autres). C'est en lisant un bout d'article du numéro d'octobre de Glamour, et en prenant par la suite un peu de recul sur la société actuelle que je me suis mise à écrire ces quelques lignes. Le "mini article" clamait "L'amour est dans le vrai", "le vrai", en majuscule et en gras. Wow. C'est vrai que l'on a tendance à perdre la notion "du vrai", à l'heure actuelle je veux dire. Mais je ne suis pas là pour dire si oui, il est préférable de s'en tenir à la méthode classique, si l'on peut dire, soit rencontrer notre âme soeur en chair et en os, au coin de la rue ou au mariage de notre cousine, ou opter pour la version moderne du dating, donc rentrer en ligne ses critères bien précis pour que les sites de rencontres nous sortent fraichement notre compagnon idéal. L'essentiel est plutôt de savoir si oui ou non, nous pouvons miser sur l'amour tradionnel, sans tricher. D'après le compte instagram @thewaywemet, indiqué dans l'article de Glamour en question, la réponse est oui, sans nulle hésitation. Pour me renseigner un peu plus sur le sujet, avec beaucoup d'intérêt pour le problème soulevé, je me suis rendue sur ce compte, et j'ai, pour tout vous dire, bien aimé le concept. Il s'agit de personnes qui témoignent de leur rencontre et de leur histoire d'amour qui s'est ensuivie. Des rencontres parfois classiques ou non, mais sans trace de site de rencontre. Parmi ces témoignages, j'ai relevé quelques phrases résumant assez bien l'amour authentique, quelque soit les circonstances. La première est issue d'un témoignage d'un couple aux cultures différentes, venant toutes deux d'un pays différent; "Love is truly not bound by culture, religion, gender or race, it's just love, pure and simple." en traduction: "L'amour n'est vraiment pas relié par la culture, la religion, le sexe (féminin ou masculin) ou la race, c'est juste de l'amour, pur et simple".


Un homme âgé a également tenu à faire partager aux internautes son histoire, en parlant avec beaucoup d'émotion de l'amour de sa vie: "After 53 years, she was still laughing over the same stories and jokes I would tell over and over again. I would wink at her in a room full of women, saying I had the best one, which made her blush.", en traduction: "Après 53 ans, elle était toujours en train de rire aux mêmes histoires et blagues, que je voudrais raconter encore longtemps. Je voudrais l'emmener dans une chambre remplie de femmes, et dire que j'ai la meilleure, et ainsi la faire rougir".


Et enfin, un témoignage d'un couple gay, "After hearing the news from the Supreme Court, it gave us a sense of belonging and solidified our union as one that is fully recognized. We are very much in love" en parlant de la reconnaissance de la cour suprême quant à leur union; "Nous sommes très amoureux".


En lisant tous ces témoignages, je me suis dit que le but du concept n'était pas de blâmer les sites de recontres ni de vouloir tout faire pour que les gens ne s'y rendent pas, mais simplement redonner de l'espoir aux personnes qui ont arrêté de croire en l'amour, quelque soit leur génération. Prouver que l'on n'a pas besoin de "tricher" pour tomber sur notre âme soeur, que l'on peut toujours miser sur les rencontres traditionnelles, même en 2015, en délaissant un peu notre côté 2.0 sinon rien. De quoi nous réconcilier avec cupidon, le vrai. Concept intéréssant et plus qu'ambitieux. J'adore l'idée.
A dans un mois mes chouchous!
Déborah

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article