Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Déborah fait son défilé

Last Christmas pour George Michael

Last Christmas pour George Michael

George Michael, le british à la mèche rebelle qui a réussi à nous faire bouger un bon milliard de fois au son de « Wake me Up (before you go go) », s’est éteint dimanche soir, le jour de Noël. Retour sur des années de tubes et (entre autre) un déhanché légendaire.

Alors que Noël bat son plein en ce 25 décembre 2016, une nouvelle vient subitement assombrir ce jour de fêtes: George Michael s’en est allé, à seulement 53 ans. La nouvelle ne met pas de temps à se diffuser, et parvient en un temps record à toucher le monde entier. En une fraction de seconde, les mélodies du très pop George Michael se bousculent, et ses danses déferlent également. C’est la fin du règne du King George.

X Le phénomène Wham!

George Michael, c’est ce bel anglais, qui, en débarquant de nulle part, s’installe avec son groupe Wham ! et conquit avec sa voix pop et entraînante, des générations entières. Dans son premier album, Fantastic, le groupe interpelle par le biais de messages sociaux, notamment en abordant le chômage avec leur chanson Wham Rap ! etc. Dans ce premier album, les premiers tubes du groupe sont déjà lancés. On y retrouve en effet le très célèbre Club Tropicana, d’autres tubes y figurent également et se font entendre grâce aux messages qu’ils véhiculent, comme Bad boys ou Young Guns. C’est en 1984 que le groupe arrive à sa consécration, à la sortie de son second album, Make It Big, dans lequel on retrouve des tubes tels que Wake me up (before you go go) ou le slow de toutes les générations, Careless Whishper.

X Le style George Michael

Que ce soit au sein de son groupe ou en solo, George Michael nous a également beaucoup étonné au niveau du style. Du mini-short et t-shirt « Choose Life » dans le clip Wake Me Up aux santiags et perfecto en cuir où est inscrit « Revenge » (en référence à son clip précédent) dans Faith, George magnait aussi bien les codes de l’époque 80’s et 90’s, que sa guitare. Qui dit George Michael dit aussi brushing impeccable et déhanché de rêve. Les deux réunis donnaient lieu à des looks mémorables et des clips décalés. George Michael était ainsi prisé par les plus grands magazines de mode, comme le légendaire Vogue Paris, qui lui dédia son numéro d’octobre 2012, aux côtés de l’iconique Kate Moss.

X La « non star » indépendante

Au-delà de son sourire étincelant et ses mélodies prenantes, George Michael eut une vie bien plus tourmentée qu’elle en eut l’air. A commencer par l’affaire Sony, sa maison de disque japonaise, contre qui il avait entamé un procès d’une grande envergure depuis l’été 1994. C’est dans son désir d’indépendance que le chanteur souhaitait mettre un terme à son contrat avec sa maison de disque, l’accusant d’ « esclavage professionnel » et de l’ « enfermer dans une image de sex symbol », à laquelle il ne voulait plus coller. On se souvient notamment des problèmes que les chanteurs Quincy Jones et Michael Jackson (entre autre) avaient rencontré à l’égard de la firme japonaise. D’intenses poursuites judiciaires furent là aussi lancées. Le procès perdu, George Michael pu tout de même bénéficier d’une totale liberté, tant désirée au cours de sa démarche d’artiste indépendant. Le chanteur avait ainsi déclaré : « Je ne souhaite plus me vendre. [...] Je suis arrivé à un point où je n’ai plus envie, ni besoin de me mettre en avant. Ma musique se suffit à elle-même. »

C’est ainsi que la pop star britannique mena sa vie virevoltante, comme bon lui semblait, en maître total de ses actes et volontés. Il restera en mémoire comme un homme simple, généreux et d’un talent qui ne cessa d’étonner tant il fut brut.

Goodbye King George...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article