Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Déborah fait son défilé

Poitrenaud, on se reverra !

Poitrenaud, on se reverra !

Clément Poitrenaud, bientôt 34 ans, et joueur légendaire du Stade Toulousain, a annoncé sa retraite il y a quelques jours. Un Toulousain, un vrai, un pur, qui porte fièrement les couleurs de son club depuis ses plus jeunes années. En hommage au grand joueur qu'il est, et avant tout grand monsieur... portrait.

X Toulouse un jour, Toulouse toujours
Les supporters du ballon rond ont connu le phénomène Clément Poitrenaud en 2001, il y a 15 ans de ça, quand sa carrière professionnelle a vu le jour avec le club rouge et noir. Mais la rencontre de Clément et du Stade Toulousain a eu lieu bien avant. Elle remonte en réalité aux jeunes années du joueur, à ses 10 ans environ. De 10 ans à 34 ans, le joueur a porté avec fierté et amour, les couleurs de son club, et à fait briller le maillot rouge et noir comme peu l'ont fait briller. Aux côtés, à son tout début de carrière et ses années de formation, du toulousain Frédéric Michalak, qui quant à lui s'est séparé de son club en 2007. Une fidélité au club dont les supporters lui sont énormément reconnaissants, et qui a fait de lui l'un des plus grands joueurs du Stade Toulousain.


X Un palmares qui en dit long
Clément Poitrenaud frappe fort dès sa première saison avec le club, le Stade Toulousain remporte en effet le championnat de France, alors qu'il évolue au poste de centre. C'est alors son premier bouclier de Brenus remporté. Une victoire à laquelle il semble avoir pris goût, puisqu'il remporte à trois autres reprises le titre de champion de France avec le Stade Toulousain. Durant sa carrière, il s'est aussi vu remporter trois fois la coupe d'Europe avec son club, en 2003, 2005 et 2010.
Si Clément Poitrenaud brille autant en top 14 et en H-Cup, ce n'est pas pour déplaire à l'équipe de France, séduite par son jeu et ses performances irréprochables. Il apparait pour la toute première fois aux couleurs du maillot français le 10 novembre 2001, face à l'équipe d'Afrique du Sud. On compte au total 47 sélections en équipe nationale ainsi que 35 points inscrits.


X Clerc / Poitrenaud : l'éternel duo
C'est seulement un an après sa première saison que Clément voit arriver dans son club Vincent Clerc, qui deviendra alors son plus précieux acolyte. En effet, les deux compères se sont liés d'amitié, et l'un ne va désormais plus sans l'autre. C'est lors d'une grave blessure à la jambe sur le terrain, que l'on voit Vincent Clerc courir afin de soutenir Clément, un geste symbolique, à l'image du lien très fort qui les unie. Désormais modèle photo de son grand ami, Vincent Clerc ne cesse encore de le suivre, et de l'encourager.


X Nouvel objectif pro : la photo
Il y a quelques temps, un portrait de Clément avait été dressé lors d'un reportage sur Canal +. Il s'agissait d'un reportage dédié à sa nouvelle passion: la photographie. C'est en suivant son compte Instagram que l'on peut admirer ses clichés riches en émotions, qu'il capture lors de ses voyages, ou encore dans des studios avec ses amis, et professionnels. C'est avec une certaine fierté et une grande envie de partage qu'il a affiché des portraits de ses coéquipiers dans les vestiaires du Stade Toulousain, aux murs de son ancien restaurant, La Pergola. Après avoir annoncé sa retraite, il a confié son désir de s'investir totalement dans cette nouvelle passion, en allant faire le tour du monde, son appareil entre les mains.


X Et après?
"Et après?" c'est la question qui s'est posée après l'annonce de son départ du Stade Toulousain. Et bien, après, plus de rugby en France, ni en Europe, mais une saison envisagée aux Etats-Unis. Un tout nouveau "challenge" qu'il s'est lançé pour 2017, en alternant le rugby et la photographie. Un retour au Stade, plus en tant que joueur, mais pour réaliser un nouveau projet, a également été évoqué, et supposé.


C'est avec beaucoup d'émotions qu'un stade entier lui a rendu hommage, en l'ovationnant au début, et à la fin du match contre Agen le 08 mai 2016, chez lui, comme qui dirait à la maison, au Stade Ernest Wallon. C'est tout un club et ses supporters qui entendront à jamais le prénom de ce grand joueur, et ce grand homme, scandé, "Clément, Clément!".
A la prochaine Clem'.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article